Mélanome et cancer de la peau TRAITEMENT 2010

Les cancers de la peau sont assez fréquents. Il n'ont pas tous la même "agressivité". Le plus redouté est le mélanome, parce qu’il a tendance à métastaser tôt dans son évolution, c'est-à-dire à envoyer des cellules cancéreuses vers d’autres organes (poumon, os, rein, cerveau…).



Il existe d’autres cancers de la peau, les carcinomes (basocellulaires et spinocellulaires) apparaissant généralement chez le sujet plus âgé.

Le cancer de la peau est en augmentation importante depuis 20 ans. Cette augmentation est directement en relation avec l’augmentation de l’exposition au soleil (vacances, loisirs en plein air…).

Ce sont les rayons ultraviolets (UV) qui sont responsables des lésions cellulaires. Les UV B sont les premiers incriminés, mais les UV A (du soleil, et de lampes à bronzer) sont aussi sur la sellette.

Les personnes ayant un phénotype clair, c'est-à-dire peau claire, avec les cheveux blonds ou roux, yeux clairs (plutôt d’Europe du Nord), sont plus vulnérables pour développer un cancer de la peau que les personnes à peau plus foncée (Europe du Sud). Mais ces dernières ne sont pas non plus à l’abri de cette maladie.

Il existe des cas familiaux de cancer de la peau : on sait aujourd’hui sur quel chromosome se trouve les anomalies génétiques qui prédisposent à l’apparition d’un mélanome.

Attention aux enfants
L’exposition des enfants au soleil, de façon intermittente et intensive, pendant les mois d’été, entraîne des lésions cellulaires irréversibles qui peuvent évoluer vers un mélanome à l’âge adulte.

Les cicatrices


Les cicatrices correspondent à la réparation d’une plaie, et donc à un remaniement cellulaire : les cellules qui forment une cicatrice sont fragiles et sont donc susceptibles de s'altérer plus facilement. La dégénérescence maligne des cicatrices de brûlures, existe.

Le mélanome est le cancer le plus grave


Le mélanome est le plus agressif des cancers de la peau. Il se développe à partir de cellules qui s’appellent les mélanocytes, celles qui contiennent des pigments (mélanine) donnant la coloration plus ou moins foncée et orangée à la peau, et qui sont responsables du bronzage.

Le mélanome touche les sujets jeunes comme les plus âgés. Il est grave parce qu'il se développe localement en surface et en profondeur. Par ailleurs, il risque d'être à l'origine de métastases aux organes, c'est-à-dire que des cellules cancéreuses se détachent de la tumeur, vont dans le sang puis se greffent sur d’autres organes : le foie, le poumon, l’os...

Grains de beauté et mélanome


Le mélanome se développe parfois à partir d'un grain de beauté, mais ce n’est pas le cas le plus fréquent, il peut aussi se développer sur une zone de peau saine jusqu’à ce moment-là.

Un grain de beauté ou une lésion pigmentée qui se modifie : un changement de couleur, un changement de forme, une augmentation de taille, une modification du relief, des épisodes de démangeaison, une base rouge ou gonflée, indurée, un saignement, une ulcération... doivent inciter à consulter un médecin.

Une lésion cutanée qui apparaît brutalement, qui ne cicatrise pas rapidement, doit aussi inciter à consulter.

Les autres cancers de la peau


Le carcinome basocellulaire est une tumeur maligne, souvent de couleur claire, en forme de perle, il se développe parfois sur le visage ; le carcinome spinocellulaire a tendance à s’étendre en surface, il saigne assez souvent au moindre contact, sa surface est généralement rugueuse.

La kératose actinique est une lésion précancéreuse


C’est une lésion cutanée fréquente chez les sujets âgés (crâne des chauves, visage, dos des mains…), elle est directement liée à l’accumulation des rayons solaires au cours des années.

Elle se présente sous la forme d’un épaississement de la peau, une surface rugueuse, plus ou moins foncée… Elle peut parfois se transformer en tumeur maligne et il vaut mieux l’enlever (cryothérapie, laser…)

Prévention


1 - Photoprotection :
Ne pas exposer les enfants au soleil, surtout avant un à deux ans. Pour tout le monde : éviter le soleil en milieu de journée, entre 12 et 16 heures (heure du soleil : 10 heures - 14 heures).

Le plus important : ne pas attraper de coup de soleil ; le coup de soleil est la sonnette d’alarme, c’est déjà trop ! Et bien sûr, il ne faut plus s’exposer aux UV tant que le coup de soleil n’est pas guéri.

Attention aux crèmes « très » protectrices : leur effet peut être pervers dans la mesure où certaines personnes s’exposent de façon inconsidérée sous prétexte de protection, soit parce que la crème n’est pas de bonne qualité, soit parce qu’elle n’est pas mise en quantité suffisante ou qu’elle part sous l’action de la sueur ou de l’eau, et que son application n’est pas renouvelée assez souvent. Les vêtements sont la meilleure protection, la plus efficace contre le soleil.

Les chapeaux et les lunettes de soleil ne sont pas accessoires, ils sont tout aussi indispensables pour se protéger du soleil.

Les personnes ayant un phénotype clair et des antécédents de cancer de la peau dans la famille, doivent être très vigilantes pour elles et pour leurs enfants. Quant aux personnes à phototype foncé, bronzées, ne sont pas non plus à l’abri des dangers des UV.


2 - Autosurveillance :
Comme certains cancers se développent à partir de ces excroissances, il faut donc les surveiller.

Il faut aussi être à l’affût de lésions qui apparaissent soudainement sur la peau saine, de lésions qui ne veulent pas cicatriser, qui grossissent, qui saignent, ou qui deviennent plus foncées ou plus claires.

Les personnes à peau claire, avec de nombreux grains de beauté, qui ont été exposées au soleil pendant l’enfance, doivent être suivies de près, a fortiori s’il existe des cancers de la peau dans leur famille

Le traitement des cancers de la peau


Le traitement précoce d’un cancer de la peau est le meilleur moyen d’en guérir. Il ne faut pas hésiter à consulter un médecin, un dermatologue lors de la découverte d’une lésion cutanée.

Les lésions précancéreuses doivent être traitées (cryothérapie, laser…) et surveillées.

Le traitement des lésions précancéreuses sur des cicatrices sera le plus souvent chirurgical, et la surveillance sera de mise.

Le traitement d’une lésion cancéreuse de la peau sera différent selon le type de cellules touchées, l’étendue de la lésion et le nombre : exérèse chirurgicale le plus souvent, laser, radiothérapie.

Le traitement des carcinomes basocellulaire et spinocellulaire sera la résection chirurgicale, avec plus ou moins la prescription d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie locale.

Les récidives sont possibles et la surveillance s’impose donc.

Le traitement du mélanome sera plus difficile


La résection doit être très large ; plus la tumeur sera grosse, plus le geste chirurgical sera étendu, pouvant aller jusqu’à une amputation. Une chimiothérapie ou radiothérapie complémentaire seront souvent prescrites. Le traitement par interféron peut aussi être proposé après la chirurgie.

Une greffe de peau peut être proposée par la suite.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

infolinks