la guérison du cancer

la guérison du cancer

Les nouvelles avancées réalisées dans le domaine du cancer nous permettent aujourd’hui de croire en la guérison. Les spécialistes réunis à l’occasion du congrès Eurocancer ont détaillé avec optimisme les progrès en termes de dépistage et de traitement.

Aujourd’hui, on est capable de guérir 55% des cancers. Mais grâce aux progrès réalisés en matière de dépistage de plus en plus précoce, les chercheurs ont lancé les paris : d’ici une vingtaine d’années, nous vaincrons 8 cancers sur 10 !
En attendant, les avancées déjà réalisées méritent d’être à nouveau citées.

Le miracle du Glivec

A l’origine, capable de guérir certaines formes rares de leucémie, ce médicament fait actuellement ces preuves contre d’autres formes rares de cancer du tube digestif. Les résultats obtenus avec cette molécule sont spectaculaires. Notamment, certains patients dont la vie semblait limitée à quelques années, ont pu reprendre une vie normale. Grâce au Glivec, on observe désormais un taux de 95% de survie. Les performances de cette molécule miraculeuse vient du fait qu’elle arrête spécifiquement la multiplication des cellules cancéreuses, sans toucher les cellules saines.

L’efficacité des chimiothérapies

Grâce au développement de la ' famille Glivec ', les praticiens prescrivent de plus en plus de médicaments avec la chimiothérapie afin d’en potentialiser les effets. Dans certains cas (cancer du côlon, des bronches, du sein, de la tête et du cou), ces spécialités pharmaceutiques ne sont pas suffisamment efficaces seules, mais couplées à la chimiothérapie leurs effets décuplent. Les chiffres annoncent 20% de guérison supplémentaire grâce à cette association très avantageuse.

Le PET-scan est un appareil d’imagerie médicale particulièrement performant qui a permis un énorme progrès en matière de dépistage. Un seul examen indolore et sans rayon X permet de visualiser la zone suspecte, de savoir si elle est cancéreuse, de détecter une production de métastases et leur localisation très précise. Les multiples examens classiques sont donc devenus inutiles. Grâce à ce gain de temps considérable, on peut entreprendre immédiatement une thérapie. Rappelons que plus un traitement est mis en place précocement, plus celui-ci est efficace.

Un traitement à la carte

Certes, ce dernier point est encore du domaine expérimental, mais il porte en lui beaucoup d'espoirs.

Guérison du cancer : Les chiffres de l'espoir

a plus grande étude jamais réalisée en France sur la survie des patients atteints de cancer1 livre des résultats porteurs d'espoir. Soutenue par la Ligue contre le cancer, elle a porté sur 205 000 malades. Elle confirme notamment que « moins de la moitié des patients décèdent des conséquences directes ou indirectes de leur maladie, dans les cinq ans qui suivent le diagnostic ». C'est à la fin du siècle dernier que le seuil de 50% de guérison, tous cancers confondus, a été franchi. « Un formidable espoir de retour à une vie ordinaire pour des patients encore trop souvent confrontés à des injustices sociales », commentaient les auteurs du rapport. Toutefois, cette moyenne ne doit pas occulter de fortes disparités. Par exemple, 95% des patients atteints de cancer de la thyroïde, du testicule ou de la lèvre franchissent le cap des cinq ans après le diagnostic de leur cancer, contre 10% seulement des malades atteints de mésothéliome de la plèvre, de cancer du foie ou du pancréas. Si les chances de survie sont de 44% pour les hommes contre 63% pour les femmes, c'est qu'ils souffrent plus souvent de pathologies plus lourdes (notamment le cancer du poumon). Cependant, la survie a augmenté entre 1989 et 1997 pour la majorité des localisations cancéreuses. Ces données pourraient encore s'améliorer dans les années à venir, car ni les traitements médicaux révolutionnaires introduits à la fin des années 1990, ni même les dépistages de masse (sein, côlon) ou individuels (prostate) n'ont encore été évalués, faute de recul.

Les Dires de Zeta: Guérison du Cancer

e cancer est considéré comme un fléau de l'humanité car le cancer est souvent indiqué comme ayant été la cause de la mort par les entrepreneurs des pompes funèbres. Ce que l'on sait mal, c'est que le cancer est un processus naturel qui permet la fuite en avant de l'organisme, une sorte de suicide. N'est ce pas souvent observé par les humains qu'un semblable, informé qu'il a un début de cancer, continue l'activité jugée être la cause de ce cancer, ou la favorisant. Le tabac est un exemple. Le cancer se développe tout le temps, mais il est tenu en échec par des cellules nettoyeuses qui l'élimine, comme le savent vos biologistes. Ce qui se produit dans le développement du cancer, c'est que ces cellules nettoyeuses reçoivent l'ordre d'arrêter, de se tenir en arrière, et laisser faire le processus de destruction. Le cancer se produit pour la même raison que beaucoup de maladies infectieuses se propagent, parce que le système immunitaire a cessé de fonctionner. Comme les humains l'ont observé depuis longtemps, le système immunitaire est hautement sensible à l'environnement, de par sa conception. Le suicide est rarement possible dans la nature, à moins de cesser de manger ou d'éviter de se protéger du danger, toutes actions associées à la dépression mentale.

La guerre sans merci engagée contre le cancer par le corps médical est le plus souvent une vaine bataille car le patient en a déterminé l'issue. Des rémissions spontanées se produisent sans assistance médicale, et on peut trouver de nombreux patients du cancer qui en ont eu plusieurs dans leur histoire. Quand une rémission spontanée se produit au cours du traitement médical, on la met au crédit dudit traitement, alors qu'en réalité le succès est dû à l'affection et à l'attention que reçoit le patient. C'est qu'il aura enfin quitté un job qu'il détestait, que quelqu'un lui aura demandé avec sincérité comment il se porte aujourd'hui, ou qu'il aura échappé à une épouse ou un époux dominateur de par un séjour à l'hôpital. Les traitements du cancer sont toujours vains si la situation sous jacente qui en est la cause n'est pas étudiée, car même si toutes les cellules cancéreuses sont éradiquées, ce qui n'est jamais le cas, elles ne feront que réapparaître en un autre endroit. Pour guérir le cancer, occuppez vous d'abord des citrconstances de la vie du patient, et attaquez la tumeur en second lieu.

1 commentaires:

  1. Anonyme14:42

    Les plantes naturelles et bio peuvent aussi contribuer à la lutte contre le cancer. Les découvertes du père Zago à propos de l'efficacité de l'azloe arborescens rt la recette du père Zago méritent d'être pris en compte.

    RépondreSupprimer

infolinks