nouveau traitement anti-cancer 2011 en développement à l'Université Hébraïque

Les professeurs Amos Panet et Zichria Zakay-Rones, du département de virologie de l'Ecole de Médecine à Hadassah de l'Université Hébraïque, participent depuis cinq ans au développement d'un nouvel anti-cancer. Il s'agit d'un virus. Un virus doit pénétrer une cellule vivante afin de se multiplier. Parfois, certains types provoquent la mort de la cellule.

Les professeurs Amos Panet et Zichria Zakay-Rones, du département de virologie de l'Ecole de Médecine à Hadassah de l'Université Hébraïque, participent depuis cinq ans au développement d'un nouvel anti-cancer. Il s'agit d'un virus. Un virus doit pénétrer une cellule vivante afin de se multiplier. Parfois, certains types provoquent la mort de la cellule. C'est une des fonctions que le virus découvert par l'équipe de l'Université Hébraïque de Jérusalem utilise. Il a été baptisé NDV - HUJ virus. C'est un dérivé du virus NDV (Newcastle Disease Virus) qui affecte les oiseaux. Il est capable d'infecter les cellules cancéreuses et de se répliquer sans endommager les cellules non cancéreuses. Les chercheurs suggèrent une explication au curieux comportement du virus : la déficience du système interféron (substance naturelle antivirale) des cellules cancéreuses permet au virus de les infecter. La découverte de ce virus laisse entrevoir la perspective de soigner le cancer sans pour autant causer des dégâts aux cellules non infectées, contrairement à la chimiothérapie qui est un traitement très lourd. La première étape des essais cliniques a été conduite durant l'année 2003 au centre médical Hadassah. Elle avait impliqué quatorze patients souffrant d'un glioblastome. Après avoir reçu le traitement à base de NDV - HUJ virus, les chercheurs ont constaté une régression de la tumeur chez l'un des patients. Le traitement, s'il arrive à terme, posséderait aussi d'autres avantages sur les traitements actuels :
- Contrairement à certaine virothérapie déjà développée (utilisant le virus de l'herpes notamment), le NDV - HUJ n'est pas considéré comme pathogène pour l'homme. Ceci est important car ainsi, le virus ne rencontre pas de résistance de la part du système immunitaire du patient, rendant le traitement plus efficace. De plus le virus s'appliquant aux oiseaux, il ne risque pas de muter et devenir dangereux ...
pour l'homme. Enfin, étant un virus à ARN, il ne modifiera pas le génome des cellules.
- Le NDV - HUJ virus étant une forme atténuée du NDV, il devient inoffensif pour les oiseaux.
Des essais cliniques plus avancés doivent être réalisés dans un futur proche. Les chercheurs sont optimistes. Une entreprise du nom de TheraVir Management a été créée afin d'accélérer le développement du traitement.

1 commentaires:

  1. Anonyme17:10

    Bonjour,

    Savez vous si il y a des expérimentations de cette solution en cours en France pour traiter un glioblastome ?

    RépondreSupprimer

infolinks