Cancer du foie, traitement 2010

Description

La plus grande glande dans le corps, le foie joue un rôle essentiel pour nous maintenir en vie. Parmi ses nombreuses fonctions, mentionnons l'entreposage de vitamines et d'éléments nutritifs, la synthèse des protéines indispensables à la coagulation sanguine et la sécrétion de la bile pour la digestion. Il contribue aussi à la décomposition de diverses substances et filtre les toxines présentes dans le sang.

Causes

Les causes du cancer du foie ne sont pas tout à fait élucidées, mais certains facteurs de risque ont été identifiés, notamment :

  • tabagisme
  • hépatite B ou C chronique
  • cirrhose du foie
  • exposition aux toxines, à savoir certains types de champignons (aflatoxines), du chlorure de vinyle, des stéroïdes anabolisants et de l'arsenic
  • diabète sucré

Symptômes et Complications

Le cancer du foie peut rester silencieux pendant assez longtemps avant que des signes d'anomalies surviennent. La plupart des symptômes, comme les suivants, résultent des dégâts subis par le foie :

  • ascite - accumulation de liquide dans la région du foie et des intestins
  • ictère - coloration jaune de la peau et du blanc des yeux
  • fièvre
  • fatigue et faiblesse
  • nausée
  • douleur abdominale
  • perte d'appétit
  • perte de poids
  • confusion
  • douleur au dos, dans l'abdomen ou autour de l'omoplate droite
  • présence d'une masse dure sous la cage thoracique
  • urine de couleur foncée
  • selles de couleur grise
  • hémorragie interne

Diagnostic

Tout d'abord, le médecin s'informera en détail sur les antécédents familiaux du patient avant de procéder à un examen physique. Il pourra ensuite recommander certains des examens suivants :

  • analyses sanguines pour vérifier le taux des enzymes hépatiques
  • échographie de l'abdomen pour vérifier la taille du foie et rechercher des tumeurs ou des anomalies
  • imagerie par résonance magnétique (IMR) de l'abdomen
  • tomodensitométrie de l'abdomen
  • laparoscopie - où le médecin pratique une incision et y introduit un petit tube, appelé laparoscope, qui lui permet de visualiser le foie et les organes avoisinants
  • biopsie - où l'on prélève, à l'aide du laparoscope, un petit morceau de tissu du foie pour l'examiner au microscope
  • angiographie - examen radiologique où l'on injecte une substance de contraste dans une veine pour pouvoir suivre sa progression dans le foie et examiner le réseau vasculaire
  • radiographie pulmonaire - pour voir si le cancer s'est propagé

Une fois le diagnostic de cancer confirmé, les médecins devront déterminer le stade du cancer ou classifier les tumeurs pour pouvoir recommander le traitement approprié. Pour ce faire, ils utilisent le système de classification TNM :

  • T - décrit la taille de la tumeur, allant de T1 à T4, où T1 est la plus petite dimension. TX correspond à une tumeur qui n'est pas assez visible pour permettre une classification.
  • N - indique si le cancer s'est propagé aux ganglions lymphatiques. N1 signifie qu'il y a eu propagation et NX, qu'on ne peut évaluer l'atteinte ganglionnaire.
  • M - indique si le cancer s'est propagé à d'autres organes du corps. MO révèle l'absence de métastases, M1 signifie qu'il y a eu des métastases et MX, que les métastases ne peuvent être évaluées.

Certains médecins utilisent un autre système de classification :

  • Localisé résécable : le cancer est contenu dans un seul foyer et, comme il ne s'est pas encore propagé, on peut extraire la tumeur (en général, ce sont les tumeurs T1-T2, N0 et M0)
  • Localisé, non résécable : le cancer est encore limité à une partie du foie mais ne peut être enlevé par chirurgie
  • Avancé : le cancer a envahi le foie et a peut-être atteint d'autres parties de l'organisme
  • Récurrent : le cancer est réapparu un certain temps après le traitement

Dans certains établissements, on utilise de multiples autres classifications pour aider à établir un pronostic global, ainsi que des classifications du cancer du foie pour aider à déterminer la capacité de la personne à subir l'intervention chirurgicale.

Traitement et Prévention

Pour combattre le cancer du foie, comme la plupart des cancers, on dispose de trois formes de traitement : chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Les traitements peuvent être administrés séparément ou en combinaison.

Dans le cas d'un cancer localisé résécable, le traitement de choix est la chirurgie. On enlève alors la tumeur et peut-être certains tissus avoisinants. Le foie est un organe unique en son genre, qui peut régénérer ses cellules et continuer à fonctionner comme avant.

Les ablations rentrent aussi dans cette catégorie. Ces opérations consistent à détruire les cellules cancéreuses au moyen de la cryochirurgie ou de l'alcoolisation (ablation à l'éthanol). Dans la cryochirurgie, le chirurgien utilise une sonde en métal (cryosonde) pour geler les cellules cancéreuses. Il pratique une petite incision et introduit la cryosonde portant à l'extrémité de l'azote liquide qui permet de geler les cellules cibles. Dans l'alcoolisation, le chirurgien injecte de l'alcool directement dans la tumeur, soit à travers la peau, soit au cours d'une opération.

La résection complète du foie est impossible en raison de son rôle essentiel. Autrefois, on ne pouvait envisager une greffe du foie chez les personnes atteints de cancer du foie ; à l'heure actuelle cependant, les chirurgiens découvrent que certains personnes dont le cancer est encore à ses débuts peuvent bénéficier d'une greffe du foie. Après une greffe réussie et grâce à des soins médicaux appropriés, le receveur peut continuer à vivre une vie normale en bonne santé.

Dans le cas d'un cancer localisé non résécable, la localisation de la tumeur ne permet pas une résection chirurgicale. La tumeur peut se trouver dans une région très sensible du foie où elle a envahi une importante partie de l'organe. Les options thérapeutiques sont alors la chimiothérapie, la greffe hépatique, la radiothérapie, l'ablation par radiofréquence ou l'injection d'alcool directement dans la tumeur.

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments pour tuer les cellules cancéreuses. Les médicaments sont habituellement administrés dans une veine, mais certains d'eux sont maintenant disponibles en comprimés à prendre par voie orale. Dans la chimiothérapie du cancer du foie, on se heurte à un obstacle : beaucoup de médicaments sont métabolisés (décomposés) par le foie de sorte que les options sont plutôt limitées.

Comme les médicaments chimiothérapeutiques circulent dans tout l'organisme, leurs effets secondaires sont généralisés, bien que temporaires :

  • nausée et vomissements
  • perte de cheveux
  • fatigue
  • diarrhée
  • frissons
  • essoufflement
  • toux
  • ulcération de la bouche

La perfusion de l'artère hépatique, une autre forme de chimiothérapie, permet d'administrer les médicaments directement au foie. On installe donc sous la peau une petite pompe munie d'un cathéter, qui achemine les médicaments directement à l'artère hépatique. Les recherches n'ont pas prouvé que ce traitement améliore l'issue de la maladie, mais il semble améliorer la qualité de vie des patients atteints d'un cancer du foie. Cette forme de traitement réduit aussi les effets secondaires des médicaments.

La chimioembolisation peut être envisagée en présence d'une tumeur non résécable. On injecte des substances chimiothérapeutiques dans les vaisseaux sanguins qui nourrissent les tumeurs, afin de les bloquer. Les cellules cancéreuses meurent, faute d'approvisionnement.

La radiothérapie est un traitement externe où l'on dirige des rayons X directement sur les tumeurs pour détruire les cellules cancéreuses et réduire le volume des tumeurs. Dans certains cas, la radiothérapie est administrée avant la chirurgie afin de réduire le volume des tumeurs et en faciliter la résection. On n'utilise pas très souvent la radiothérapie dans le traitement du cancer du foie, car les tumeurs ont tendance à ne pas y répondre et le foie lui-même est très sensible aux effets du traitement.

Chez les personnes que l'on traite par radiothérapie, il y a plusieurs effets secondaires possibles, parmi lesquels :

  • fatigue
  • rougeur et sécheresse de la peau au point d'irradiation
  • nausée et vomissements
  • perte d'appétit
  • diarrhée

Il est plus difficile de traiter le cancer du foie parvenu à un stade avancé, à cause de sa propagation aux autres parties du corps. La chimiothérapie et la radiothérapie pourraient constituer des options.

Le traitement du cancer du foie récurrent dépend de ce qui a été fait antérieurement et du stade du cancer.

On ne peut pas prévenir le cancer du foie mais, grâce à une bonne compréhension des facteurs de risque, il serait plus facile de le découvrir dès les premiers stades. Les personnes présentant un risque élevé, comme celles qui sont atteintes d'hépatite ou de cirrhose, devraient se soumettre à un dépistage périodique à l'aide d'échographies ou d'analyses sanguines. Ces dernières révèlent le taux des enzymes hépatiques qui renseignent les médecins sur le fonctionnement du foie.

3 commentaires:

  1. Anonyme14:48

    Je m'appelle Eric MONI, après avoir lu tous les renseignements ci - dessus sur le cancer du foie, je dois également poser mon cas parce que mon frère, âgé de 26 ans est décédé d'un cancer du foie, alors qu'il revenait de Luanda (en Angola). La question que je me pose est celle de savoir si le cancer peut terrasser un garçon de cet âge? Mon frère s'appelait Ducky Moni, c'était un garçon très poli, très courtois, gradué en gestion informatique, il jouait inéluctablement la musique. Par le passé, il a souffert de la tuberculose et je me demande s'il y aurait corrélation entre sa maladie du passé et ce maudit cancer du foie.

    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme20:12

    BONJOUR, je m'appelle Aziza. ma grand mère est décédée ce 21 JUIN (2011) d'un cancer du foie dont les symptômes sont survenus soudainement en avril 2011 et le diagnostic fut poser fin avril. Le médecin était ferme : il est trop tard pour faire quoi que soit. Elle a terriblement souffert surtout les trois dernière semaine où même la morphine ne faisait plus d'effet du tout. par contre je tient a signaler qu'elle a, par le passé, souffert éventuellement de la tuberculose. Ce que je comprends pas, c'est pourquoi dans ces derniers jours elle crachait du liquide noir avec des morceaux qui ressemblait au foie, dont un énorme morceau en même temps de rendre l'âme ( qu'elle repose en paix). es ce possible que ce soit sont foie décomposé qu'elle régurgitait ? Sachant qu'elle n'a plus rien avalait du tout pendant 5 jours si ce n'est que quelques cuillère à soupe d'eau.
    MERCI

    RépondreSupprimer

infolinks